La fatigue est en France la cause de 15 à 25% des consultations en cabinet de médecine générale. Parallèlement, près d’un français sur deux (47%) déclare avoir éprouvé au cours des 12 derniers mois une fatigue persistante de une à plusieurs semaines (source : Ipsos). Cet état d’affaiblissement global de l’organisme, vecteur de troubles tant intellectuels que physiques et relationnels, est d’origine multiple, ce qui rend le dépistage des causes d’autant plus difficile. Mais pas de panique ! Si la tentation de la prise médicamenteuse est grande, un rééquilibrage de l’hygiène de vie sous forme de conseils pratiques simples et de quelques techniques appropriées est parfois amplement suffisant pour retrouver dynamisme, joie de vivre et performances. Le mieux-être dépend en grande partie de la gestion du quotidien reposant sur des connaissances pleines de bon sens. Explications…

 

 

Au-delà des marqueurs hormonaux (dérèglements thyroïdiens), voire de la qualité nutritionnelle (déficit ou excès de fer, déséquilibre du taux de sucre, carence en vitamine D, intolérance alimentaire…), la fatigue (appelée « asthénie » sous ses formes les plus prononcées) est une conséquence classique du stress, exacerbée par un manque de sommeil.

 

En effet, l’accumulation des tensions quotidiennes s’exprime de façon physique (douleurs musculo-tendineuses, éruptions cutanées…) mais aussi psychiques (troubles de l’humeur, déconcentration, mauvaise auto-évaluation…). Très coûteux en énergie, le stress nécessite donc un repos métabolique important afin de préserver a minima nos mécanismes de défense et continuer à survivre et évoluer. Cette période de récupération est indispensable pour ne pas engendrer de symptômes de stress chronique et l’apparition de maladies et dégénérescences caractéristiques. Et le sommeil de nuit en est le garant majeur…

 

Pourtant, un quart des français se plaignent de manquer de sommeil, un tiers déclarent souffrir de troubles du sommeil, 73% prétendent se réveiller environ 30’ au moins une fois par nuit (source : étude ISNV/MGEN, 2015). Enfin, 64% avouent ressentir de la fatigue au réveil : cette statistique est révélatrice d’un déficit de sommeil récupérateur. L’individu sera potentiellement victime d’épisodes marqués d’hypovigilance en journée, dépréciant l’ensemble de ses capacités physiques et intellectuelles et donc ses performances.

 

Ces chiffres révèlent que l’Homme ne sait plus dormir comme il faut et quand il faut. Certes, il existe parfois des origines physiques (syndrome des jambes sans repos, apnée du sommeil, ces troubles pouvant néanmoins être pris en charge par thérapie brève…) ou même sociales et familiales (conjoint lui-même mauvais dormeur, enfants en bas âge, horaires de travail décalés…). Mais le plus souvent, la connaissance des règles basiques « d’hygiène du sommeil » et de ses méthodes d’induction suffirait à rééquilibrer les mécanismes générateurs de pauses nocturnes réparatrices. Savoir se coucher et se lever quand il faut, connaître les risques d’exposition aux écrans, pratiquer la sieste à bon escient, savoir adapter son environnement en faveur de la production de sommeil profond, maîtriser les techniques de facilitation au sommeil… Une liste non exhaustive d’outils et de conseils avisés qu’il convient d’appréhender chaque jour pour entrevoir des nuits sereines et efficaces. Mieux encore, posséder les notions de chronobiologie spécifique permet d’envisager une appréhension des temps forts et des temps faibles pour gérer sa journée en toute sécurité et avec efficience.

 

C’est dans cette optique d’apprentissage, de rééducation et d’accompagnement que l’ESHE, l’Ecole Supérieure d’Hypnose Ericksonienne, propose une formation de découverte aux techniques de gestion de la fatigue et du sommeil.

 

Professionnels du monde médical ou thérapeutique, particuliers désireux d’améliorer votre quotidien, vous découvrirez comment gérer le sommeil et anticiper les périodes de baisse naturelle de vigilance, afin d'optimiser le potentiel individuel en prévenant les états de fatigue.

 

Cette demande de prise en charge est très fréquente en cabinet de thérapie ou de coaching, mais aussi en entreprise. L’expression d’un état de fatigue ou de sentiment d’épuisement est un mal des temps modernes et conduit inéluctablement à l’absentéisme et à la baisse de la rentabilité. Afin de faciliter leurs anamnèses et prendre en considération l’ensemble des aspects physiologiques et environnementaux du client/patient, les praticiens ont besoin d’un socle de connaissances théoriques solides et d’outils pratiques adaptés pour satisfaire chaque cas.

 

Si les troubles du sommeil peuvent être traités au niveau inconscient grâce à des outils tels que l’Hypnose, les méthodes de gestion consciente sont souvent d’une efficacité redoutable. Une simple prescription de tâche de type coaching peut être appropriée, en offrant au sujet les connaissances nécessaires et les techniques de relaxation idoines induisant un sommeil de qualité, voire des outils de dynamisation ou de préparation mentale pour masquer ses épisodes d’hypovigilance. La séance prend alors une forme pédagogique très appréciée par les clients qui construisent ainsi une boîte à outils d’auto-gestion de leurs états de forme.

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags