Le fonctionnement du cerveau sous hypnose

 

Des chercheurs de l'université de Stanford ont prouvé en juillet 2016 que l'hypnose entraînait un changement du fonctionnement du cerveau, en modifiant les interactions de certaines régions cérébrales.

 

Si les bénéfices de l'hypnose en milieu médical ne sont aujourd'hui plus contestés par personne, il n'en reste pas moins que de nombreuses choses sont encore à découvrir sur son fonctionnement. C'est en partant de ce constat que David Spiegel, Professeur en Psychiatrie à l'université de Stanford, a publié le 27 juillet 2016 une étude dans la revue scientifique britannique Cerebral Cortex.

 

L'objectif de cette étude était de pouvoir observer le fonctionnement du cerveau sous Hypnose. Après avoir soumis 545 étudiants aux mêmes tests, l'équipe de David Spiegel en a sélectionné 57 - 36 étant considérés comme très hypnotisables et 21 comme insensibles à l'hypnose. Grâce à des IRM fonctionnelles, le cerveau des sujets a été analysé alors que ces derniers étaient invités à imaginer une situation où ils se sentaient heureux, puis une période de vacances.

 

Plusieurs constats ont pu être dressés durant cette étude :

 

  • Tout d'abord, on note au cours de l'expérience, chez les étudiants sensibles à l'Hypnose, une réduction de l'activation des régions du cerveau qui évaluent le contexte. Autrement dit, une personne hypnotisée va percevoir les choses de manière beaucoup plus détaillée, mais sans tenir compte de tout ce qui passe aux alentours. Le patient sous Hypnose peut se concentrer davantage sur une tâche donnée, sans se soucier de l'environnement extérieur.
     

  • Ensuite, l'étude montre également une augmentation des connexions entre le cortex préfrontal dorsolatéral, qui gère le contrôle exécutif, et l'insula, en charge des fonctions corporelles. Une meilleure connexion entre ces deux zones du cerveau signifie que l'Hypnose offre un contrôle accru des réactions physiques, lorsque la personne hypnotisée est confrontée à des situations ou pensées stressantes.
     

  • Enfin, la connexion fonctionnelle entre le cortex préfrontal dorsolatéral et le cortex cingulaire postérieur, qui règle les pensées intérieures et la rumination mentale, s'inverse sous hypnose. De ce fait, une personne dans cet état modifié de conscience va faire ce qu'elle doit faire, sans tenir compte de ce que les autres pensent, ou des implications de ses actes. Cette absence de conscience de soi en situation d'hypnose permet de passer outre le regard des autres, et certains blocages que l'on s'inflige inconsciemment.

 

Il reste encore de nombreuses choses à approfondir concernant le fonctionnement du cerveau sous Hypnose, mais cette étude répond enfin à un certain nombre de questionnements de la communauté scientifique.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags